Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/08/2018

C'est beau l'amour

C'est le genre de communiqué de presse qui me ravit….

La commune de Landevennec, dans le Finistère, a restreint la baignade sur ses plages en raison de la présence d'un «dauphin solitaire» en rut pouvant représenter un «risque» pour les baigneurs et les plongeurs, selon un arrêté pris par le maire. Dans un arrêté pris le 20 août, le maire Roger Lars interdit «l'approche volontaire à moins de 50 mètres du dauphin est interdite», sauf pour «les personnes accréditées par le Ministère de l'Environnement au titre du suivi des mammifères marins».

Selon plusieurs médis locaux, ce dauphin solitaire de trois mètres s'est établi depuis plusieurs mois dans la rade de Brest, entre plusieurs communes dont Plougastel-Daoulas, Logonna-Daoulas et Landevennec. S'approchant des côtes et recherchant le contact avec les humains, il faisait au départ le bonheur des baigneurs qui l'ont surnommé «Zafar». Mais aujourd'hui en rut, il se frotte d'un peu trop près aux embarcations et baigneurs, inquiétant le maire. «Plusieurs baigneurs ont eu très peur. Il a même soulevé une baigneuse jeudi dernier avec son nez», a expliqué Roger Lars à Ouest France mercredi. Un avocat au barreau de Quimper, Erwan Le Cornec, souhaite «déposer un recours devant le tribunal administratif de Rennes» contre cet arrêté «excessif», a-t-il indiqué dimanche à l'AFP. Selon lui, «un tel arrêté, le maire veut faire passer un dauphin pour une bête presque féroce, totalement imprévisible, susceptible de noyer les gens» et «va transformer l'approche légitimement positive que les gens ont des dauphins en une peur de ces animaux intelligents».

Écrire un commentaire